Ambassadeur : La paix ne sera pas possible tant que les Palestiniens refuseront de reconnaître le peuple juif en tant que nation - INTERVIEW
APA Azeri Press Agency

Ambassadeur : La paix ne sera pas possible tant que les Palestiniens refuseront de reconnaître le peuple juif en tant que nation - INTERVIEW

[ 16 Mai 2018 17:03 ]

Entretien de l’APA avec l'ambassadeur d'Israël en Azerbaïdjan Dan Stav

- Monsieur l'Ambassadeur, comme vous le savez, les États-Unis ont déménagé leur Ambassade à Quds – Jérusalem hier. Tout d'abord, comment vous sentez-vous à ce sujet ?

 

- Jérusalem a été la capitale des États juifs depuis 1080 avant J-C. Jérusalem était la capitale de l'état juif pendant la période de la monarchie, nos premiers et deuxièmes temples y ont été construits. Depuis que le dernier État juif a été conquis par l'Empire romain en 135 avant J-C et que la plupart des Juifs ont été expulsés de leurs terres ancestrales, ils ont toujours continué à prier pour revenir à Jérusalem. Jérusalem est la capitale de l'Etat moderne d'Israël et le restera. La décision du président américain Donald Trump signifie que les Etats-Unis ont reconnu le fait historique. Pendant de nombreuses années, beaucoup hésitaient à accepter ce fait historique fondamental.

 

Jérusalem est la capitale de l'État d'Israël. On croyait qu'ignorer ce fait historique mènerait à la paix. La raison principale de ce fait est l'espoir que son ignorance conduira elle-même à la paix. Mais c'est une idée fausse sérieuse pour deux raisons principales :

 

Premièrement, comme l'a dit le Premier ministre Netanyahu, la paix qui repose sur des mensonges va s'écraser sur les rochers de la réalité du Moyen-Orient : « tu peux seulement construire la paix sur la vérité, et la vérité est que Jérusalem a été et sera toujours la capitale du peuple juif, la capitale de l'Etat juif ».

 

Deuxièmement, la cause profonde du conflit israélo-palestinien est la réticence des dirigeants palestiniens au cours des 70 dernières années à accepter le fait historique de l'existence du peuple juif. La paix ne sera pas possible tant que les Palestiniens refuseront de reconnaître le peuple juif en tant que nation et donc leur droit à avoir leur propre foyer national juif sur leur terre ancestrale. La politique extrême palestinienne est la cause profonde de la poursuite de ce conflit qui perdure.

 

- Des heurts ont eu lieu entre des soldats israéliens et des Palestiniens en raison du déménagement de l'Ambassade américaine de Tel-Aviv à Quds – Jérusalem. Environ 60 Palestiniens sont morts et des milliers d'autres ont été blessés. Qu'est-ce que vous en pensez ? Que peut-on faire pour empêcher que ces confrontations ne se reproduisent ?

 

- Je ne suis pas d'accord avec la déclaration qui figure au début de votre question pour deux raisons : premièrement, il est totalement incorrect d'affirmer que des heurts entre Juifs et Palestiniens ont eu lieu. La vérité est que le Hamas et ses alliés à Gaza, qui gouverne impitoyablement la population palestinienne infortunée, ont orchestré une agression à grande échelle contre l'Etat d'Israël. Le Hamas utilise la population civile comme un bouclier humain derrière lequel des membres du Hamas et des terroristes ont tenté d'attaquer Israël et de saboter les mesures de sécurité le long de la frontière.

 

Deuxièmement, l'agression planifiée par le Hamas est un geste cynique visant à détourner l'attention de la population de la mauvaise gestion du Hamas dans la bande de Gaza. Au lieu d'allouer des fonds pour le développement de l'économie de Gaza, le Hamas alloue des fonds pour les missiles et les structures de tunnel afin d’attaquer les villages israéliens le long de la frontière.

 

- La communauté internationale a condamné la décision des Etats-Unis, soulignant que cette décision augmentera la tension entre la Palestine et Israël et interférera avec l'effort de restauration de la paix. Que diriez-vous à ce sujet ?

 

- La réaction de la communauté internationale à la décision du président Donald Trump sur le déménagement de l'Ambassade américaine à Jérusalem souligne à nouveau l'erreur de cette initiative. Ces déclarations encouragent seulement les Palestiniens à poursuivre leur politique envers Israël et à les pousser à la terreur et à la violence.

 

Comme je l'ai déjà mentionné, la cause profonde du conflit est que les Palestiniens refusent de reconnaître Israël comme un état de Juifs et leur droit de vivre dans leur pays natal.

 

Israël, par contre, depuis son indépendance a toujours cherché la paix. Lorsque nos efforts ont rencontré des leaders arabes courageux et visionnaires comme le président égyptien Anouar Sadate et le roi de Jordanie Hussein, des accords de paix ont été signés et la paix a prévalu.

 

Les premiers ministres israéliens et même ceux qui ont tenu la position la plus dure ont accepté deux principes d'Etat. Les premiers ministres israéliens étaient prêts à arriver à un compromis avec les Palestiniens, même si les Palestiniens n'ont pas arrêté la violence, les conflits et les effusions de sang.

 

- Que va faire le gouvernement israélien pour empêcher que cette situation ne s'aggrave ?

 

- Si nous parlons de moyens de paix, Israël a le droit de protéger ses citoyens des tentatives du Hamas de violer les frontières. Israël a fait des efforts pour empêcher la violation de ses frontières. Il continuera à faire tout son possible pour s'assurer que des personnes innocentes ne meurent pas. Il ne faut pas oublier que les habitants d'Israël vivent près de la frontière avec Gaza. Ils ont le droit de vivre en paix et en sécurité.

 

La « marche du retour » menée par l'organisation terroriste Hamas n'est pas une manifestation pacifique. Le Hamas mènait la foule. Le 14 mai, malgré la confrontation avec 40 000 Palestiniens le long de la frontière avec Gaza, l'armée israélienne a principalement utilisé des moyens non létaux pour éviter la mort. Cependant, face à l'attaque armée par des terroristes et aux tentatives de milliers de membres du Hamas de franchir la frontière, les forces israéliennes ont exercé leur droit de se défendre et ont empêché les violents efforts d'envahir la frontière à 13 endroits différents.

 

Le Hamas est responsable des événements à Gaza. Au lieu d'assurer le bien-être de ses citoyens, le Hamas jette son peuple dans le feu, les utilise contre Israël et soutient des groupes terroristes. Ces mesures prises par le Hamas sont un crime, elles doivent être ouvertement et catégoriquement condamnées par la communauté internationale. Le 11 mai, le Hamas a ouvert le feu et détruit le point de contrôle de Kerem Shalom, qui fournit à Gaza de l’aide humanitaire, du carburant et des produits en provenance d'Israël et des pays donateurs.