MAE azerbaïdjanais : Les tentatives de modifier délibérément la composition démographique constituent une violation flagrante du droit international humanitaire
APA Azeri Press Agency

MAE azerbaïdjanais : Les tentatives de modifier délibérément la composition démographique constituent une violation flagrante du droit international humanitaire

[ 12 Février 2018 13:54 ]

Le ministre azerbaïdjanais des Affaires étrangères a reçu ce lundi 12 février la délégation conduite par Paul Richard Gallagher, Secrétaire pour les Relations avec les États de la Secrétairerie d’Etat du Saint-Siège, qui est en visite en Azerabaïdjan, le service de presse du Ministère des Affaires étrangères a confié à l’APA.

Mammadyarov a informé son interlocuteur du processus de négociation sur le règlement du conflit arméno-azerbaïdjanais du Haut-Karabakh, de la position équitable de l'Azerbaïdjan, ainsi que du pillage et de la destruction par l'Arménie du patrimoine matériel, culturel et religieux du peuple azerbaïdjanais dans les territoires occupés.

 

Parlant de la réinstallation des réfugiés syriens d'origine arménienne dans les territoires occupés d'Azerbaïdjan, le chef de la diplomatie azerbaïdjanaise a martelé que cette politique et les tentatives visant à modifier délibérément la composition démographique constituent une violation flagrante du droit international humanitaire. Il a ajouté souligné que plus d'un million d'Azerbaïdjanais ont subi un nettoyage ethnique à la suite de l'occupation arménienne.

 

Lors de la réunion, les parties ont exprimé leur préoccupation face à la montée du racisme, de la xénophobie, de la haine ethnique et religieuse et aux tentatives de favoriser les conflits religieux dans le monde.

 

Le conflit du Haut-Karabakh est entré dans sa phase moderne en 1988, sur la base des revendications territoriales de la RSS d'Arménie contre la RSS d'Azerbaïdjan.

 

Une guerre féroce a éclaté entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan, en 1991-1994, pour la région du Haut-Karabakh de l'Azerbaïdjan. A la suite de la guerre, 20 pour cent du territoire de l'Azerbaïdjan - Haut-Karabakh et 7 districts adjacents (Latchine, Kalbajar, Aghdam, Fuzouli, Jabraïl, Goubadli, Zangilan), ont été occupés par les forces armées arméniennes, plus d’un million d’Azerbaïdjanais sont devenus des réfugiés et des personnes déplacées internes. Les opérations militaires ont pris fin par un accord de cessez-le-feu signé entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie, en mai 1994 à Bichkek.

 

Le Groupe de Minsk de l'OSCE est engagé dans le règlement du conflit du Haut-Karabakh. Le GdM est créé lors de la réunion du Conseil ministériel de l'OSCE (anciennement Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe (CSCE)) à Helsinki, le 24 mars 1992. Le Groupe inclut l'Azerbaïdjan, l'Arménie, la Russie, les Etats-Unis, la France, l’Italie, l'Allemagne, la Turquie, la Biélorussie, la Finlande et la Suède.

 

Par ailleurs, le Groupe de Minsk de l'OSCE dispose une institution de coprésidence, composée de la Russie, des Etats-Unis et de la France, qui a commencé à fonctionner en décembre 1996.

 

Les résolutions 822, 853, 874 et 884 du Conseil de sécurité des Nations Unies, qui ont été adoptées dans des intervalles courts en 1993 et ​​d’autres résolutions adoptées par l'Assemblée générale des Nations Unies, l'APCE, l'OSCE, l'OCI et d'autres organisations exigent le retrait immédiat et inconditionnel des troupes arméniennes du Haut-Karabakh.

 

Lors de la réunion, les parties ont exprimé leur préoccupation face à la montée du racisme, de la xénophobie, de la haine ethnique et religieuse et aux tentatives de favoriser les conflits religieux dans le monde.