Chef du Service de sécurité d'Etat : « Ce réseau criminel a pris racine à la fin des années 1980 »
APA Azeri Press Agency

Chef du Service de sécurité d'Etat : « Ce réseau criminel a pris racine à la fin des années 1980 »

[ 19 Mai 2017 15:48 ]

« Le bureau du Procureur général, le Ministère de l'Intérieur et le Service de sécurité de l'État ont publié une déclaration sur l'exposition d'un réseau d'espionnage. Il n'y a pas de menace interne en Azerbaïdjan et les gens sont au pouvoir du président du pays. Cependant, l'Azerbaïdjan est dans l'intérêt de nombreux pays. Il existe d'importantes menaces extérieures pour l'Azerbaïdjan », a  déclaré aux journalistes Madat Gouliyev, lieutenant-général, chef du Service de sécurité d'Etat de la République d’Azerbaïdjan.

 

Il a mentionné que l'Azerbaïdjan est situé dans une région dangereuse - entre l'Ouest et l'Est.

 

« Il y a de nombreuses menaces pour l'Azerbaïdjan de l'extérieur, mais je dois dire que cette menace a été divulguée par le Ministère de la Défense et une équipe d'enquête travaille maintenant. Le procureur général Zakir Garalov a reçu les instructions nécessaires de notre président. Mais le problème est qu'ils ne sont pas un groupe criminel de trois ou cinq jours. Ce réseau criminel a pris racine à la fin des années 1980. Cette trahison a été révélée à la suite d'une bonne exécution des instructions données par le Ministère de la Défense et le président. La question sera évaluée par une enquête », a souligné le lieutenant-général.

 

Le bureau du Procureur général de l'Azerbaïdjan, le Ministère de la Défense, le Ministère de l'Intérieur et le Service de la sécurité de l'État ont déclaré avoir arrêté un groupe de militaires et de civils engagés dans la conspiration avec les services de renseignement arméniens et leur ont transmis des informations militaires secrètes pour une récompense financière, en mettant en péril la souveraineté, l'intégrité territoriale, la sécurité de l'État et la capacité militaire de la République d'Azerbaïdjan.

 

Sur la base du matériel recueilli, le bureau du Procureur militaire de l'Azerbaïdjan a lancé une affaire pénale sur la trahison et d'autres faits au titre de l'article 274 du Code pénal. Un groupe d'enquêteurs composé d'employés du Bureau du Procureur, du Ministère de la Défense, du Ministère de l'Intérieur et du Service de sécurité de l'Etat a été mis en place et une première enquête est en cours.