Président géorgien : « Nous devons condamner l'agression militaire et ne pas fermer les yeux sur elle »
APA Azeri Press Agency

Président géorgien : « Nous devons condamner l'agression militaire et ne pas fermer les yeux sur elle »

[ 16 Mars 2017 14:17 ]

« Si nous revenons 30 ans en arrière, nous verrons que nos pensées sur l'avenir du monde étaient plus optimistes », a déclaré  le président de la République de Géorgie Giorgi Margvelashvili, lors d’une réunion intitulée « L’avenir des relations internationales » tenue dans le cadre du 5e Forum global de Bakou portant sur le thème « L’avenir des relations internationales : la force et les intérêts », jeudi 16 mars.

« Nous pensons que la fin de la « guerre froide » apportera plus d'opportunités, de paix et de coopération. Cependant, aujourd'hui, nous sommes les témoignes d’un monde dans lequel il y a le terrorisme, les massacres et les guerres », a-t-il martelé.

 

Margvelashvili a souligné que la Géorgie est devenue un partenaire dans la sécurité globale et la stabilité.

 

« Nous croyons en la coopération internationale. Nous participons à des missions en Afghanistan et en Afrique », a affirmé le président.

 

« Une partie du territoire de la Géorgie a été occupée par son voisin, la Russie, un puissant pays nucléaire. Notre pays contribue à la sécurité mondiale, mais en même temps, il souffre en le faisant. Après l'occupation du territoire de la Géorgie, la même chose est arrivée en Crimée. C'est aussi la situation qui prévaut actuellement en Ukraine. De tels cas sont une menace pour tous les pays. Nous devons condamner l'agression militaire et ne pas fermer les yeux sur elle. Si nous voulons maintenir la paix et l'harmonie mondiales dans le monde, nous devons croire en droit international », a souligné Margvelashvili.

 

Le président a poursuivi en disant que la Géorgie offre l'Azerbaïdjan et la Turquie un partenariat ouvert et il est prêts pour les projets de développement futurs.