Flash info
Zoom
TOP 5

Ratko Mladic a été condamné à la prison à vie

Ratko Mladic a été condamné à la prison à vie
Vingt-cinq ans après les premiers massacres de masse de la guerre en Bosnie-Herzégovine, le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY) a condamné Ratko Mladic, l’ancien chef militaire des Serbes de Bosnie, à la prison à vie.

Surnommé le « boucher des Balkans » pour sa responsabilité dans des crimes qui ont fait plus de 100.000 morts et déplacé plus de 2,2 millions de personnes entre 1992 et 1995, il a été reconnu coupable d'un des deux chefs de génocide, de cinq chefs de crimes contre l’humanité et de quatre chefs de violations des lois ou coutumes de la guerre. L’accusation avait requis la perpétuité, la peine « que Mladic mérite sur la base des preuves présentées et compte tenu du haut niveau de responsabilité ».

 

Ratko Mladic avait été inculpé le 25 juillet 1995, une quinzaine de jours seulement après la chute de l’enclave de Srebrenica où environ 8.000 hommes, jeunes et vieux, avaient trouvé la mort dans l’est de la Bosnie. Cet été-là, les forces militaires des Serbes de Bosnie se livraient au pire massacre de masse depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe. Sur l’acte d’inculpation pour génocide et crimes contre l’humanité figurait également le nom du « président » des Serbes de Bosnie, l’ex-psychiatre Radovan Karadzic, l’un des architectes de la purification ethnique avec l’ordonnateur en chef, le président Serbe Slobodan Milosevic. Le premier a été condamné à 40 ans de prison en mars 2016, le second était mort en détention dix ans plus tôt à La Haye avant qu’une peine ne soit prononcée à son encontre.

 

En novembre 1995, Karadzic et Mladic étaient à nouveau inculpés pour génocide et crimes contre l’humanité non plus seulement pour le bombardement de Sarajevo, l’ouverture des camps de concentration de Prijedor, de Foca, Manjaca et la déportation de dizaines de milliers de Bosniaques et de Croates, mais pour la responsabilité dans le massacre de Srebrenica. Le 11 juillet 1996, un an après la chute de Srebrenica, le tribunal de La Haye, avait délivré un mandat d’arrêt à l’encontre de Mladic et Karadzic. L’année suivante, le «boucher des Balkans» avait quitté la direction de la VRS, l’armée des Serbes de Bosnie et gagné la clandestinité. Ce n’est que le 26 mai 2011 que Ratko Mladic avait été arrêté à Lazarevo, en Serbie, chez un de ses cousins.

beration.fr

Autres articles

VİDEO

PHOTO

  • le cessez le feu viole 128 reprises par les troupes armeniennes
    Le cessez-le-feu violé à 128 reprises par les troupes arméni...
  • heurts jerusalem et en cisjordanie occupee
    Heurts à Jérusalem et en Cisjordanie occupée
+2
Devise
FOREX
/ 17 Décembre, 2017

USD
1.7001
 
EUR
2.0032
 
RR
0.0289