Flash info
Zoom
TOP 5

Une exposition consacrée aux personnes déplacées à l'intérieur tenue à Bruxelles

Une exposition photos intitulée « Rêves non réalisés : les réfugiés et les personnes déplacées à l'intérieur de l’Azerbaïdjan », organisée par le bureau de Benelux du Cercle européen d'Azerbaïdjan (TEAS) avec le soutien de l'agence « VII Photo Agency », a eu lieu au Press Club Brussels Europe situé au cœur du quartier diplomatique à Bruxelles, TEAS a confié à l’APA.

Prenant la parole lors de l’événement le photographe Ed Kashi a noté que sa famille a fui l'Irak pendant les années 1940.

 

« Alors nous connaissons la tragédie du déplacement forcés. Malheureusement, la question des réfugiés et des personnes déplacées a affecté un nombre apparemment infini de pays, mais les raisons de ces problèmes sont souvent sous-déclarées. La population impliquée se sente souvent perdu et désespérée. Ils veulent tous rentrer chez eux. Mon intention de prendre ces photos était d'aider les téléspectateurs à voir les statistiques et à se rendre compte que la question doit être résolue », a-t-il dit.

 

Marc Verwilghen, directeur de TEAS Benelux, a indiqué que selon les statistiques les plus récentes du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), le nombre de réfugiés et de personnes déplacées dans le monde augmente constamment, ce qui équivaut à près de 66 millions de personnes.

 

« Aujourd'hui, TEAS Benelux attire votre attention sur le sort de presque un million d'Azerbaïdjanais qui ont fui leurs maisons et leurs terres en raison du conflit arméno-azerbaïdjanais du Haut-Karabakh. Malgré l'adoption de quatre résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU, une résolution de l'Assemblée générale des Nations Unies et des arrêts de la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) à Strasbourg et l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE) condamnant l'Arménie, rien n'a changé depuis plus de 20 ans. En tant qu'ancien ministre de la Justice, je reconnais que l'Azerbaïdjan est le bon côté du droit international. L'Azerbaïdjan est un voisin direct de l'UE, et il doit jouer son rôle dans la résolution de ce problème », a-t-il constaté.

 

Fouad Isgandarov, ambassadeur azerbaïdjanais en Belgique, au Luxembourg et à l'UE, a commenté à son tour que les réfugiés sont tous autour de nous - même dans les rues de Bruxelles et que le concept de réfugié est très familier à tous.

 

« Ce sont des photographies exceptionnelles, et j'ai personnellement connu beaucoup de personnes photographiées par Ed Kashi dans les camps avant d'entrer au service diplomatique. Il faut se rappeler que ces personnes déplacées en Azerbaïdjan sont des représentants de la civilisation européenne et que le conflit qui les a amenés à devenir des personnes déplacées s'est produit il y a plus de 25 ans. Beaucoup d'entre eux sont devenus des personnes déplacées à l’intérieur quand ils étaient très jeunes, mais ils veulent toujours rentrer chez eux. Les Azerbaïdjanais - en tant que nation - ont un attachement très fort à leur patrie. J'espère que ces événements, comme aujourd'hui, amélioreront la compréhension des problèmes, et qu'une solution rapide au conflit et le sort de ces personnes doivent être trouvés.

 

Amanda Paul, analyste et responsable des programmes du Centre de politique européenne, a déclaré que l'Azerbaïdjan abrite la deuxième plus grande population des personnes déplacées à l’intérieur par habitant au monde.

 

« C'est un sujet triste et sensible. Ma deuxième famille de l'Azerbaïdjan est de Kelbedjer et ils ont été forcés de fuir pendant la guerre. Les victimes ne sont que des gens ordinaires, comme vous et moi. Nous avons besoin d'un nouveau format pour le processus de paix, et nous devons faire de sérieuses étapes vers le début, en commençant par le retour avec certains territoires occupés », a-t-elle mentionné.

 

Le conflit du Haut-Karabakh est entré dans sa phase moderne en 1988, sur la base des revendications territoriales de la RSS d'Arménie contre la RSS d'Azerbaïdjan.

 

Une guerre féroce a éclaté entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan, en 1991-1994, pour la région du Haut-Karabakh de l'Azerbaïdjan. A la suite de la guerre, 20 pour cent du territoire de l'Azerbaïdjan - Haut-Karabakh et 7 districts adjacents (Latchine, Kalbajar, Aghdam, Fuzouli, Jabraïl, Goubadli, Zangilan), ont été occupés par les forces armées arméniennes, plus d’un million d’Azerbaïdjanais sont devenus des réfugiés et des personnes déplacées internes. Les opérations militaires ont pris fin par un accord de cessez-le-feu signé entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie, en mai 1994 à Bichkek.

 

Le Groupe de Minsk de l'OSCE est engagé dans le règlement du conflit du Haut-Karabakh. Le GdM est créé lors de la réunion du Conseil ministériel de l'OSCE (anciennement Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe (CSCE)) à Helsinki, le 24 mars 1992. Le Groupe inclut l'Azerbaïdjan, l'Arménie, la Russie, les Etats-Unis, la France, l’Italie, l'Allemagne, la Turquie, la Biélorussie, la Finlande et la Suède.

 

Par ailleurs, le Groupe de Minsk de l'OSCE dispose une institution de coprésidence, composée de la Russie, des Etats-Unis et de la France, qui a commencé à fonctionner en décembre 1996.

 

Les résolutions 822, 853, 874 et 884 du Conseil de sécurité des Nations Unies, qui ont été adoptées dans des intervalles courts en 1993 et ​​d’autres résolutions adoptées par l'Assemblée générale des Nations Unies, l'APCE, l'OSCE, l'OCI et d'autres organisations exigent le retrait immédiat et inconditionnel des troupes arméniennes du Haut-Karabakh.

Autres articles

VİDEO

PHOTO

  • les forces armees armeniennes continuent de violer le cessez le feu
    Les forces armées arméniennes continuent de violer le cessez...
  • les helicopt res de types mi 35 mi 17 et sikorski s 70 sont engages aux exercices appeles aigle turaz 2017
    Les hélicoptères de types Mi-35, Mi-17 et Sikorski S-70 sont...
+2
Devise
FOREX
/ 25 Septembre, 2017

USD
1.7008
 
EUR
2.0342
 
RR
0.0294