Flash info
Zoom
TOP 5

Lavrov : « Les parties du conflit du Haut-Karabakh sont encore loin d'arriver à une approche commune »

Lavrov : « Les parties du conflit du Haut-Karabakh sont encore loin d'arriver à une approche commune »
« La Russie poursuivra ses efforts pour résoudre le conflit du Haut-Karabakh », a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, lors de la conférence de presse qu’il a tenue conjointement avec son homologue azerbaïdjanais Elmar Mammadyarov à l’issue de leur entretien ce lundi 6 mars à Moscou.

Le ministre russe a noté que pendant la réunion ils ont discuté des manières possibles de régler le conflit du Haut-Karabakh.

 

« Nous pensons que le conflit du Haut-Karabakh sera probablement résolu. Cependant, il est nécessaire de réduire la méfiance entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie afin de commencer un processus significatif sur le règlement du conflit. Cela est indiqué par les résultats de contacts de longue date, sur la base desquels il a été possible d'élaborer une approche commune sur les questions clés à résoudre. Il s'agit notamment du problème humanitaire qui exige le retour des districts adjacents au Haut-Karabakh contrôlés par les Arméniens, ainsi que la détermination du statut du Haut-Karabakh - visiblement donné aux personnes qui y vivent. Il comprend également la coordination des paramètres de la force internationale de maintien de la paix », a souligné M. Lavrov.

 

Le ministre russe a noté que la plupart de ces questions avaient été approuvées.

 

« Cependant, deux ou trois thèmes spécifiques qui sont essentiels pour le paquet final sont toujours en discussion. Et je ne vais pas dissimuler, les parties sont encore loin d'arriver à une approche commune à ces aspects », a martelé le chef de la diplomatie russe.

 

M. Lavrov a souligné que deux des principaux problèmes du règlement du Karabakh, qui ont été discutés à Moscou, nécessitent encore des efforts supplémentaires.

 

Mammadyarov a noté à son tour qu'Erevan manquait de volonté politique pour résoudre le conflit.

 

La ministre azerbaïdjanais a salué les efforts sérieux de la Russie pour résoudre le conflit.

 

« Le problème principal auquel Bakou est confronté est le conflit du Haut-Karabakh. La Russie fait de sérieux efforts dans ce sens. Aujourd'hui, nous avons discuté de cette question en détail. Dans ce cas, tout dépend non seulement de l'Azerbaïdjan, mais aussi de la Russie en tant que pays coprésident du Groupe de Minsk de l'OSCE. Bien sûr, la partie arménienne devrait jouer un rôle important en acceptant les propositions qui sont sur la table », a martelé le chef de la diplomatie.

 

Le conflit du Haut-Karabakh est entré dans sa phase moderne en 1988, sur la base des revendications territoriales de la RSS d'Arménie contre la RSS d'Azerbaïdjan.

 

Une guerre féroce a éclaté entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan, en 1991-1994, pour la région du Haut-Karabakh de l'Azerbaïdjan. A la suite de la guerre, 20 pour cent du territoire de l'Azerbaïdjan - Haut-Karabakh et 7 districts adjacents (Latchine, Kalbajar, Aghdam, Fuzouli, Jabraïl, Goubadli, Zangilan), ont été occupés par les forces armées arméniennes, plus d’un million d’Azerbaïdjanais sont devenus des réfugiés et des personnes déplacées internes. Les opérations militaires ont pris fin par un accord de cessez-le-feu signé entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie, en mai 1994 à Bichkek.

 

Le Groupe de Minsk de l'OSCE est engagé dans le règlement du conflit du Haut-Karabakh. Le GdM est créé lors de la réunion du Conseil ministériel de l'OSCE (anciennement Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe (CSCE)) à Helsinki, le 24 mars 1992. Le Groupe inclut l'Azerbaïdjan, l'Arménie, la Russie, les Etats-Unis, la France, l’Italie, l'Allemagne, la Turquie, la Biélorussie, la Finlande et la Suède.

 

Par ailleurs, le Groupe de Minsk de l'OSCE dispose une institution de coprésidence, composée de la Russie, des Etats-Unis et de la France, qui a commencé à fonctionner en décembre 1996.

 

Les résolutions 822, 853, 874 et 884 du Conseil de sécurité des Nations Unies, qui ont été adoptées dans des intervalles courts en 1993 et ​​d’autres résolutions adoptées par l'Assemblée générale des Nations Unies, l'APCE, l'OSCE, l'OCI et d'autres organisations exigent le retrait immédiat et inconditionnel des troupes arméniennes du Haut-Karabakh.

Autres articles

VİDEO

PHOTO

  • le ministre azerba djanais de la defense verifie l organisation de la defense sur la ligne de front
    Le ministre azerbaïdjanais de la Défense vérifie l'organisat...
  • la ville de gandja assume son nouveau r le en tant que capitale culturelle de la cei
    La ville de Gandja assume son nouveau rôle en tant que capit...
+2
Devise
FOREX
/ 29 Mars, 2017

USD
1.7201
 
EUR
1.8691
 
RR
0.0303