Flash info
Zoom
TOP 5

L'Azerbaïdjan a exhorté les États islamiques à limiter la coopération avec l'Arménie

L'Azerbaïdjan a exhorté les États islamiques à limiter la coopération avec l'Arménie
Le ministre azerbaïdjanais des Affaires étrangères Elmar Mammadyarov a participé à la deuxième réunion du Groupe de contacte de l'Organisation de la coopération islamique (OCI) dans le cadre de l'agression de l'Arménie contre l'Azerbaïdjan, le Ministère des Affaires étrangères a confié à l’APA.

Lors de la réunion, le chef de la diplomatie a déclaré qu’après la dernière réunion du Groupe de contact, la situation autour du règlement du conflit du Haut-Karabakh est demeurée inchangée, en plus, les affrontements ont pris un caractère encore plus intense et les cas de meurtre délibéré de la population pacifique azerbaïdjanaise vivant dans la zone frontalière sont devenus plus fréquents. Il a également ajouté que les résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies N° 822 (1993), 853 (1993), 874 (1993) et 884 (1993) reconnaissent l'intégrité territoriale de l'Azerbaïdjan et exigent le retrait inconditionnel des forces d'occupation de tous les territoires occupés.

 

« En réponse aux revendications territoriales et aux actions agressives de l'Arménie, le Conseil de sécurité de l'ONU réaffirme que le Haut-Karabakh fait partie intégrante de l'Azerbaïdjan. Malheureusement, les exigences de base du Conseil de sécurité de l'ONU n'ont pas encore été remplies et les efforts de médiation réalisés au sein de l'OSCE n'ont pas abouti à des résultats depuis plus de 20 ans. Malgré l'accord de cessez-le-feu, les forces armées arméniennes continuent de faire des attaques violentes contre les villes et les villages azerbaïdjanais situés à la ligne de contact entre les troupes et le long de la frontière des deux États, à la suite de quoi des soldats et des citoyens de l'Azerbaïdjan sont tués et blessés. Plus récemment, ces attaques se sont intensifiées. Le 4 juillet 2017, deux civils - un petit enfant et sa grand-mère - ont été tués par les forces armées arméniennes dans un bombardement délibéré du village d'Alkhanly du district de Fuzouli en Azerbaïdjan. Une autre personne a été blessée. À la suite d'une autre provocation des forces armées arméniennes, un citoyen de 13 ans a été blessé dans le district de Tovouz le 7 août. Tout cela confirme une violation flagrante et systématique de la Convention de Genève par l'Arménie. Je voudrais rappeler les exigences des résolutions et des décisions pertinentes de l'OCI dans le cadre de l'agression de l'Arménie contre l'Azerbaïdjan, qui appelle tous les Etats membres à s'abstenir de fournir à l'Arménie tout type d'armement et d'équipement militaire afin de ne pas aggraver le conflit et de faire prospérer l'occupation des terres azerbaïdjanaises et de ne pas permettre à leurs territoires d'être utilisés comme transit pour la livraison d'armes, non plus. Je voudrais également noter que, conformément aux résolutions de l'OCI, des mesures politico-économiques nécessaires devraient être prises afin de soutenir les efforts visant à mettre fin à l'agression de l'Arménie contre l'Azerbaïdjan et que les membres de l'OCI doivent s'abstenir des activités économiques illégales dans les territoires occupés et restreindre toute forme de coopération avec l'Arménie », a martelé le chef de la diplomatie.

 

Elmar Mammadyarov a souligné que l'Azerbaïdjan, en tant que pays qui a souffert de l'occupation de ses territoires et de l'expulsion forcée de centaines de milliers de citoyens, est le parti le plus intéressé dans le règlement politique du conflit qui assurera le plein développement de toute la région, de la paix et de la justice.

 

« L'Azerbaïdjan ne fera jamais de concessions dans le domaine de l'intégrité territoriale, ainsi que des droits et libertés de ses citoyens. L'Arménie doit se rendre compte que l'occupation militaire des territoires d'un État souverain et la conduite d'une politique de nettoyage ethnique n'entraîneront aucun résultat politique. Pour obtenir la paix, la sécurité et la stabilité, l'Arménie doit retirer immédiatement et inconditionnellement ses troupes du Haut-Karabakh, la région occupée de l'Azerbaïdjan, et des districts adjacents, la souveraineté et l'intégrité territoriale de l'Azerbaïdjan doivent être restaurées. L'Azerbaïdjan s'appuie sur la solidarité constante du monde islamique en condamnant résolument l'usage de la force contre la souveraineté et l'intégrité territoriale du pays et l'occupation de ses territoires. Nous espérons que les discussions au sein du Groupe de contact contribueront à la mise en œuvre des résolutions de l'OCI condamnant l'agression de l'Arménie contre l'Azerbaïdjan et contribueront également à coordonner les efforts individuels et conjoints des Etats membres de l'OCI dans cette direction », selon le ministre azerbaïdjanais.

 

Le conflit du Haut-Karabakh est entré dans sa phase moderne en 1988, sur la base des revendications territoriales de la RSS d'Arménie contre la RSS d'Azerbaïdjan.

 

Une guerre féroce a éclaté entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan, en 1991-1994, pour la région du Haut-Karabakh de l'Azerbaïdjan. A la suite de la guerre, 20 pour cent du territoire de l'Azerbaïdjan - Haut-Karabakh et 7 districts adjacents (Latchine, Kalbajar, Aghdam, Fuzouli, Jabraïl, Goubadli, Zangilan), ont été occupés par les forces armées arméniennes, plus d’un million d’Azerbaïdjanais sont devenus des réfugiés et des personnes déplacées internes. Les opérations militaires ont pris fin par un accord de cessez-le-feu signé entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie, en mai 1994 à Bichkek.

 

Le Groupe de Minsk de l'OSCE est engagé dans le règlement du conflit du Haut-Karabakh. Le GdM est créé lors de la réunion du Conseil ministériel de l'OSCE (anciennement Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe (CSCE)) à Helsinki, le 24 mars 1992. Le Groupe inclut l'Azerbaïdjan, l'Arménie, la Russie, les Etats-Unis, la France, l’Italie, l'Allemagne, la Turquie, la Biélorussie, la Finlande et la Suède.

 

Par ailleurs, le Groupe de Minsk de l'OSCE dispose une institution de coprésidence, composée de la Russie, des Etats-Unis et de la France, qui a commencé à fonctionner en décembre 1996.

 

Les résolutions 822, 853, 874 et 884 du Conseil de sécurité des Nations Unies, qui ont été adoptées dans des intervalles courts en 1993 et ​​d’autres résolutions adoptées par l'Assemblée générale des Nations Unies, l'APCE, l'OSCE, l'OCI et d'autres organisations exigent le retrait immédiat et inconditionnel des troupes arméniennes du Haut-Karabakh.

Autres articles

VİDEO

PHOTO

  • heurts jerusalem et en cisjordanie occupee
    Heurts à Jérusalem et en Cisjordanie occupée
  • les troupes armeniennes ne cessent de violer le cessez le feu
    Les troupes arméniennes ne cessent de violer le cessez-le-fe...
+2
Devise
FOREX
/ 16 Décembre, 2017

USD
1.7001
 
EUR
2.0032
 
RR
0.0289