Flash info
Zoom
TOP 5

L'Arménie envisage de tenir le « référendum » dans le soi-disant régime du Haut-Karabakh

 L'Arménie envisage de tenir le « référendum » dans le soi-disant régime du Haut-Karabakh
Le « référendum » illégal que l'Arménie envisage de tenir dans les territoires temporairement occupés de l'Azerbaïdjan est une violation flagrante de la Constitution de l'Azerbaïdjan, ainsi que des normes et principes du droit international et n'a donc aucun effet, a indiqué le Ministère azerbaïdjanais des Affaires étrangères dans un communiqué du 14 février.

« Selon les articles de presse, le 20 février 2017, l'Arménie envisage de mener le soi-disant « référendum sur les changements constitutionnels » dans le régime illégal de marionnettes qu'elle a établi dans les territoires temporairement occupés de l'Azerbaïdjan », dit dans la déclaration.

 

Le Ministère des Affaires étrangères de l'Azerbaïdjan rappelle que le régime illégal établi par l'Arménie dans les territoires temporairement occupés de l'Azerbaïdjan n'est en fin de compte rien d'autre que le produit de l'agression et de l'occupation.

 

« Elle est sous la direction et le contrôle de l'Arménie et survit en vertu de son soutien militaire, politique, financier et etc., comme l'a confirmé la Cour européenne des droits de l'homme dans son arrêt du 16 juin 2015 sur l'affaire Chiragov et autres c. Arménie », a-t-il été noté.

 

Le Ministère des Affaires étrangères a souligné que cette étape de provocation, ainsi que les tentatives de l'Arménie pour changer le nom de la région intégrale du Haut-Karabakh de l’Azerbaïdjan est une autre manifestation claire que l'Arménie n'est pas vraiment intéressé à chercher un règlement politique du conflit armé.

 

« Au lieu de cela, l'Arménie poursuit la voie de l'escalade, prend des mesures cohérentes pour consolider les résultats de sa politique d'occupation et maintenir un statu quo inacceptable et insoutenable, mine les efforts pour le règlement pacifique du conflit par des pourparlers substantifs, modifie illégalement les facteurs démographiques, culturels et physiques des territoires occupés, s'engage dans des activités économiques et d’autres, y compris le transfert de la population arménienne dans ces territoires, dans le but ultime d'imposer une situation de fait accompli. Par de telles actions, l'Arménie affaiblit et met en péril la paix et la sécurité régionales et internationales », martèle la déclaration.

 

« Les bases de principe pour le règlement du conflit sont énoncées dans les résolutions 822 (1993), 853 (1993), 874 (1993) et 884 (1993) du Conseil de sécurité des Nations Unies et la résolution 62/243 (2008) de l'Assemblée générale des Nations Unies, qui condamnent l'emploi de la force contre l'Azerbaïdjan et l'occupation de ses territoires et réaffirment la souveraineté et l'intégrité territoriale de l'Azerbaïdjan et l'inviolabilité de ses frontières internationalement reconnues », selon la déclaration.

 

Dans ces résolutions, le Conseil de sécurité de l'ONU a réaffirmé que la région du Haut-Karabakh est une partie inaliénable de l'Azerbaïdjan et a exigé le retrait immédiat, complet et inconditionnel des forces d'occupation de tous les territoires occupés de l'Azerbaïdjan.

 

Le Ministère des Affaires étrangères a souligné que le « référendum » illégal constitue une violation flagrante de la Constitution de la République d'Azerbaïdjan et des normes et principes du droit international et n'a donc aucun effet juridique.

 

« Ce soi-disant « référendum » est également mené sur les terres saisies sous la situation créée par l'usage de la force et la menace de la force contre l'intégrité territoriale de l'Azerbaïdjan par l'Arménie et accompagnée par la pratique notoire du nettoyage ethnique et d'autres violations flagrantes de la Normes et principes du droit international », note le Ministère dans sa déclaration.

 

« Nous appelons la communauté internationale à rejeter le « référendum » illégal et exercer une pression politique et diplomatique sur l'Arménie, pour qu’il cesse de faire des tentatives inutiles pour tromper son propre peuple et la communauté internationale, mette fin à la politique d'occupation et de l'annexion, participe de façon constructive dans le processus de règlement du conflit et remplisse ses obligations internationales ».

 

Le conflit du Haut-Karabakh est entré dans sa phase moderne en 1988, sur la base des revendications territoriales de la RSS d'Arménie contre la RSS d'Azerbaïdjan.

 

Une guerre féroce a éclaté entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan, en 1991-1994, pour la région du Haut-Karabakh de l'Azerbaïdjan. A la suite de la guerre, 20 pour cent du territoire de l'Azerbaïdjan - Haut-Karabakh et 7 districts adjacents (Latchine, Kalbajar, Aghdam, Fuzouli, Jabraïl, Goubadli, Zangilan), ont été occupés par les forces armées arméniennes, plus d’un million d’Azerbaïdjanais sont devenus des réfugiés et des personnes déplacées internes. Les opérations militaires ont pris fin par un accord de cessez-le-feu signé entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie, en mai 1994 à Bichkek.

 

Le Groupe de Minsk de l'OSCE est engagé dans le règlement du conflit du Haut-Karabakh. Le GdM est créé lors de la réunion du Conseil ministériel de l'OSCE (anciennement Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe (CSCE)) à Helsinki, le 24 mars 1992. Le Groupe inclut l'Azerbaïdjan, l'Arménie, la Russie, les Etats-Unis, la France, l’Italie, l'Allemagne, la Turquie, la Biélorussie, la Finlande et la Suède.

 

Par ailleurs, le Groupe de Minsk de l'OSCE dispose une institution de coprésidence, composée de la Russie, des Etats-Unis et de la France, qui a commencé à fonctionner en décembre 1996.

 

Les résolutions 822, 853, 874 et 884 du Conseil de sécurité des Nations Unies, qui ont été adoptées dans des intervalles courts en 1993 et ​​d’autres résolutions adoptées par l'Assemblée générale des Nations Unies, l'APCE, l'OSCE, l'OCI et d'autres organisations exigent le retrait immédiat et inconditionnel des troupes arméniennes du Haut-Karabakh.

 

Autres articles

VİDEO

PHOTO

  • une usine de production des projectiles explosifs des lance grenades inauguree chrivan
    Une usine de production des projectiles explosifs des lance-...
  • le president azerba djanais assiste l ouverture d une cite militaire des troupes interieures chirvan
    Le président azerbaïdjanais assiste à l’ouverture d’une cité...
+2
Devise
FOREX
/ 25 Juin, 2017

USD
1.7022
 
EUR
1.8999
 
RR
0.0285